Suite à la soirée du 26 mars avec Henri Courtade

Découragement…

 

 

Mercredi 26 mars, 22h45, je viens de quitter, sous un fin crachin, la Librairie des Beaux Jours, à Tarbes, où s’est déroulée la soirée-débat mensuelle organisée par notre petite association Livres & Rencontres… et je suis triste, presque furieux ! L’auteur invité, Henri Courtade, n’est pour rien dans ma colère. Il a été excellent, nous livrant avec générosité et aisance tous les petits « secrets » d’un auteur : comment il a eu l’idée d’écrire sur Kléber Dupuy, ce Poilu de Verdun, dont le comportement courageux et intelligent a permis de modifier le cours de la bataille ; pourquoi il s’est indigné que la Nation n’ait jamais reconnu officiellement l’action héroïque de Kléber; comment le hasard d’un blog lui a donné l'occasion de rencontrer le propre neveu de Kléber… Bref, Henri Courtade, jeune auteur aussi talentueux que modeste nous a passionnés.

 

Si ce n’est pas l’auteur qui suscite ma colère, est-ce peut-être l’animateur de la soirée, André Lasserre ? Que nenni ! Il a été parfait, doublement parfait, puisque c’est lui qui nous a permis de connaître Henri Courtade ; et il a conduit la soirée avec pédagogie, humour et enthousiasme. Au total, un duo sans reproches. Mieux encore, un trio, car Christophe Verzeletti, avait accepté de lire, avec sa force et sa sobriété coutumières, des extraits du roman d’Henri Courtade.

 

Non ma déception –mot qui, sans doute, convient mieux que « colère »- a pour seule cible les… absents de cette soirée. Outre les trois intervenants et la libraire, douze personnes seulement s’étaient déplacées pour faire connaissance avec Henri Courtade, auteur haut-pyrénéen, ayant à son actif plusieurs romans très bien accueillis par les éditeurs et le public. Oui, 12 personnes sur une commune de 42 888 habitants... Alors que Tarbes est devenue une ville sinistrée du Livre avec la fermeture récente de la Librairie chapitre.com, alors que nombreux sont ceux qui versent des larmes (de crocodile ?) en décrivant cette situation !

 

Mais, me direz-vous, c’est Vous, Livres & Rencontres,qui êtes responsable d’un tel absentéisme. Que faites-vous pour informer le public tarbais ? Sans doute, pas assez, mais je vous rappelle que nous avons créé un site Internet (http://www.livresrencontres.fr/), et que nous adressons avant chaque manifestation une Lettre d’information à plus de 300 personnes… Peut-être ne sommes-nous pas assez convaincants dans l'annonce des "rencontres". Je reste cependant persuadé que la principale fautive est la presse locale qui refuse obstinément d’annoncer, comme elles le mériteraient, nos manifestations.

 

Ce constat établi, que doit faire notre association ? Continuer à prêcher dans le désert…ou mettre la clef sous la porte ?

Qu’en pensez-vous ?

 

Jean-François Soulet,

Président de « Livres & Rencontres »

livresetrencontres@orange.fr